Les coulisses de Baby Scratch

Publié le : 05/12/2018 12:34:08
Catégories : Actus

Les coulisses de Baby Scratch

Dans les coulisses de la vidéo publicitaire :

Une affaire de famille !

Silence, on tourne !

Silence ? Vous voulez plutôt dire rires, cris et pleurs... car tourner une vidéo avec un bébé n’est pas de tout repos.

J’ai décidé de tout vous dire sur le tournage de la vidéo publicitaire dans cet article. Alors, reprenons les choses dans l’ordre...

Les préparatifs

Le choix du bébé

Qui dit publicité pour une marque de vêtements pour bébé dit : Bébé ! Et comme tout entrepreneur qui se lance, il était compliqué de faire appel à une agence de modèle bébé.

J’ai tenté de lister les bébés de mon entourage. D’emblée, j’ai pensé à ma nièce. Après de longues négociations, j’ai enfin obtenu l’accord de ses parents à une condition : que le visage de ma nièce n’apparaisse pas sur la vidéo : ACCORD CONCLU !

Quelqu’un pour filmer ?

Bien que la résolution de nos téléphones soit importante, on sait tout de même que ces appareils ne sont pas assez performants pour réaliser un clip de telle qualité.

C’est au cours d’un dîner de famille que mon cousin Yan m’a naturellement proposé son aide pour la réalisation de cette vidéo lorsque je lui ai parlé de Baby Scratch.

On a convenu d’une date et le tournage était bouclé. A un détail près puisqu’il me fallait trouver le lieu du tournage !

Le choix du lieu

Je ne savais pas où tourner. Et encore une fois, j’ai fait jouer mes connaissances, ou plutôt ma famille.

Après quelques appels téléphoniques, on me prêtait une maison.

Et la musique ?

Je me voyais mal réaliser une vidéo publicitaire sans musique : elle joue un rôle déterminant dans l’empreinte que laisse un clip vidéo dans nos mémoires.

J’avais envie d’un son pétillant, amusant, espiègle et vitaminé ; j’ai donc d’abord pensé à des bases de données contenant des sons libres de droits. Mais, la difficulté résidait dans le fait qu’une telle musique ne soit malheureusement pas taillée sur mesure pour la marque.

C’est pourquoi j’ai encore fait appel à une personne de ma famille : mon cousin Ruben. En deux jours à peine, il m’a composé une super mélodie en suivant mes envies, mes demandes et mes inspirations !

A ce stade, j’avais donc pour résumer :

- Le lieu du tournage

- Le bébé modèle

- La musique

- Le réalisateur.

Inutile de préciser que ma première collection était déjà prête et que je devais simplement choisir les tenues pour le jour du tournage !

Le jour du tournage

Le tournage a eu lieu un dimanche. J’ai fait appel à une amie qui est venue m’aider pour le choix des vêtements mais aussi pour les décors et la mise en place.

Je suis arrivé vers 11h00 et je me suis occupé de ma nièce. Douche et petit yaourt pour la mettre en condition. Mon cousin Yan et mon amie sont ensuite arrivés et on a pu commencer à s’installer.

La première scène s’est déroulée dans une des chambres de la maison. On y a installé un lit de bébé au centre, on a placé un mobile musical et on a habillé ma nièce, toute de Baby Scratch vêtue.

Lorsqu’on l’a placée dans son lit... elle s’est mise à pleurer. Elle ne voulait que les bras de sa maman. On ne pouvait pas tourner. Mais on avait une « chance » : on ne voyait pas sa tête. Mon cousin a donc pu tirer profit de certaines scènes même si elle faisait la grimace.

On avait prévu que mon amie apparaisse dans la vidéo et c’est donc elle que l’on aperçoit à plusieurs reprises.

Après l’avoir rassurée, ma nièce a accepté de rester dans son lit pour quelques prises de vue.

On a ensuite fait une petite pause avant de reprendre. Cette dernière nous a servi à la changer et mon cousin Yan a pu profiter de ces moments en les filmant.

La suite de la vidéo s’est déroulée dans le jardin de la maison.

Mais là encore... Nous avons rencontré quelques difficultés. Ma nièce n’acceptait pas de marcher sur la pelouse. On la sentait inconfortable, pieds nus sur l’herbe. Pour y remédier, on lui a donc enfilé une paire de chaussettes et, miracle... elle s’est libérée !

La fin du tournage s’est donc relativement bien passée. On a profité de la présence de mon cousin pour réaliser quelques clichés en famille. D’ailleurs, je vous encourage vivement à aller voir son travail sur sa page Instagram @dclick.

Et la morale dans tout ça ?

Tout est possible quand on veut. Faire de belles choses n’est pas une question de moyens mais plutôt de volonté et de détermination.

A très bientôt sur Baby Scratch !

Le fondateur, Jonathan.

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

Vous devez être enregistré
Clic here to registered